EUROPE
recul généralisé du droit au départ à la retraite

lundi 17 mai 2010
par  PCF Drôme

Tous les pays de l’Union Européenne augmentent ou ont augmenté progressivement l’âge légal du départ à la retraite.

En Grande Bretagne, Allemagne, Pays Bas, l’âge légal est déjà fixé à 67 ans.
L’Espagne envisage de le porter de 61 à 63 ans, le Portugal de 65 à 67 ans. La Grèce sous la pression de l’Union Européenne et du FMI veut reculer l’âge légal de 65 à 67 ans, avec une retraite de base garantie de 350 euros et selon le plan de redressement, les retraités auraient deux mois de pension en moins.

Actuellement l’âge moyen de départ effectif à la retraite en Europe est de 58 ans. Le recul de l’âge du départ n’est donc ni un besoin des entreprises, ni un problème de démographie, mais n’a qu’un seul objectif : la baisse des pensions et bien sûr ne pas remettre en cause la répartition actuelle des richesses qui favorise les grandes fortunes, venir en aide aux assurances privées et autres fonds de pension.

La crise est utilisée comme prétexte par l’Union Européenne, le gouvernement, le patronat, car c’est au sommet européen de Barcelone, en mars 2002, que Jacques Chirac et Lionel Jospin ont signé ce qui allait devenir la loi dans de nombreux domaines (flexibilité, allongement du temps de travail, mesures fiscales bénéficiant aux entreprises disposant de salariés à bas prix ….)

Voici le paragraphe consacré aux retraites : « il convient de réduire les incitations individuelles à la retraite anticipée et la mise en place par les entreprises de systèmes de préretraites, d’intensifier les efforts destinés à offrir aux travailleurs âgés davantage de possibilités de rester sur le marché du travail, par exemple par des formules souples de retraite progressive et en garantissant un véritable accès à l’éducation et à la formation tout au long de sa vie.
Il faudrait rechercher d’ici 2010 à augmenter progressivement d’environ 5 ans l’âge moyen effectif auquel cesse, dans l’Union Européenne, l’activité professionnelle. Les progrès à cet égard seront examinés chaque année avant le Conseil européen du printemps »

D’où l’urgence à amplifier la campagne d’explications et d’actions pour imposer le maintien du droit à la retraite à 60 ans, une politique pour l’emploi, la revalorisation des salaires, une réforme du financement de la protection sociale, pour exprimer notre solidarité avec le peuple Grec en signant la pétition de l’Humanité.

Yvonne ALLEGRET