Répression violente des festivités de Newroz (nouvel an kurde)

jeudi 5 avril 2012
par  PCF Drôme

Malgré l’interdiction par les autorités turques faites aux Kurdes de célébrer Newroz (la fête du printemps), dès le 18 mars, des milliers de personnes se sont retrouvées dans la rue dans de nombreuses villes y compris à Istanbul. Plus d’un million de personnes étaient présentes rien qu’à Diyarbakir.

"Face à ces célébrations populaires pacifiques, le gouvernement turque a réagi par une violence inouïe.

Haci Zengin, responsable du BDP pour l’arrondissement d’Arnavutkoy est décédé après avoir été frappé à la tête par une grenade lacrymogène. De nombreux blessés sont dans un état grave. Parmi les nombreuses personnes hospitalisées, on compte deux députés du BDP, Mulkiye Birtane (que nous avions récemment accueillis en France), et Ahmet Turk (âgé de 70 ans). Un autre député, Ertugul Kurkcu a été tabassé par la police à Mersin. Plusieurs centaines de personnes ont été placées en garde à vue.

Les autorités turques mènent une politique de plus en plus répressive. Actuellement 9 000 personnes, dont 6 députés, 31 maires, 183 dirigeants du BDP, et au delà des Kurdes, tous ceux qui osent dénoncer le comportement attentatoire aux libertés des autorités turques subissent le même sort : 96 journalistes, 36 avocats, de nombreux syndicalistes, défenseurs des Droits de l’Homme, étudiants, … et près de 2 000 enfants, sont actuellement en prison.

L’Union européenne doit cesser de se taire et dénoncer les dérives autoritaires du gouvernement turc.

Confrontés de plus en plus fréquemment à des violations patentes des droits de l’Homme, les kurdes et tout ceux qui les soutiennent ont plus que jamais besoin du soutien de tous les démocrates, et de toutes celles et tous ceux qui se battent pour le respect des droits de l’Homme.

Face au mur du silence auquel ils sont confrontés de nombreux Kurdes à travers l’Europe ont entamé une grève de la faim pour dénoncer l’oppression croissante dont ils sont victimes".

Nous ne pouvons laisser leur appel désespéré sans réponse".

Marie Christine VERGIAT
Députée Européenne, membre du Front de Gauche
http://www.eurocitoyenne.fr/