Pôle Emploi Rhône-Alpes : la CGT appelle à la mobilisation pour un service public de proximité et de qualité

jeudi 4 février 2016
par  PCF Drôme

La CGT Pôle Emploi Rhône-Alpes lance l’alerte concernant la réorganisation que la direction de Pôle Emploi veut mettre en place, à compter du 8 février 2016, dans toutes les agences de la Région.
En effet, à partir de cette date, les demandeurs d’emploi seront obligés de s’inscrire et de faire leur demande d’allocation par Internet uniquement.
Il ne sera plus possible d’utiliser un autre moyen, que ce soit par téléphone, ou même au cours d’un entretien avec un conseiller Pôle Emploi.

La CGT dénonce cette régression manifeste pour les usagers :
Tout le monde n’est pas familier avec l’outil informatique, ou ne dispose pas forcément d’Internet. Que faire en cas de problème de connexion ? A qui poser des questions ou demander conseil ?
Ces dispositions d’automatisation poussée constituent des obstacles supplémentaires pour les demandeurs d’emploi dans leurs démarches pour s’inscrire et faire valoir leurs droits.
Sans possibilité d’échanger avec un conseiller Pôle Emploi, le demandeur d’emploi n’aura pas de garantie que son allocation chômage sera calculée en tenant compte de tous ses droits. Encore une perte de temps, et d’argent, en perspective !

Et ce n’est pas l’évocation d’une possibilité d’aide en ligne ou téléphonique qui va rassurer les personnes concernées.

De plus, à partir du 8 février 2016, Pôle Emploi veut fermer les agences de la Région tous les après-midi. Pour être reçu, le demandeur d’emploi aura dû solliciter un rendez-vous au préalable, auprès d’un conseiller qui, de son côté, voit régulièrement augmenter le nombre de personnes dont il a la charge…

Qu’en sera-t-il des demandes urgentes, liées à la recherche d’emploi, la formation, les aides à l’embauche ? Le recours à l’informatique tout azimut va-t-il améliorer les choses ?

La CGT rappelle que ces dispositions ont été testées en Picardie, générant mécontentement, désarroi et incompréhension des usagers.
Un service public digne de ce nom doit disposer des moyens nécessaires pour assurer un bon accueil des usagers, leur prodiguer des informations utiles, tant pour faire valoir leurs droits à allocation que dans l’accompagnement au retour à l’emploi et l’aide à l’orientation professionnelle.

C’est pourquoi la CGT informe les usagers de ce service public de la situation actuelle, tout en interpellant la direction de Pôle Emploi, les élus concernés et les média.

Un appel à la grève est lancé pour le 8 février 2016, pour un service public de l’emploi de proximité et de qualité.
Nul doute que notre président, son gouvernement, et les grands patrons du CAC 40 qui tirent les ficelles dans l’ombre seront attentifs à ces revendications : Ne proclament-ils pas sans arrêt qu’ils veulent inverser la courbe du chômage ?

Dominique LORMIER