Rassemblement du 28 décembre à Die

jeudi 4 janvier 2018
par  PCF Drôme

Malgré le froid glacial, les vacances et l’heure tardive, 200 personnes étaient présentes au rassemblement du 28 décembre pour exprimer leur colère et leur volonté d’action. Le Dauphiné Libéré du lendemain titrait : « Ils ne désarment pas ».
Dans son intervention, Philippe Leeuwenberg a fait part de l’inique décision du Tribunal Administratif de Grenoble déboutant le Collectif et le condamnant à 1 000 euros à verser à l’ARS. Un comble !
Celui-ci arguait du fait qu’il n’était pas possible de condamner un communiqué de presse du directeur de l’hôpital ! L’ARS s’étant bien gardé de prendre une décision de fermeture, les autorisations de fonctionnement n’ayant pas été demandées.
« Ponce Pilate songe et se lave les mains », écrivait Victor Hugo.
On peut ajouter : Les loups ne se mangent pas entre eux !
Mais 31 ans de luttes ne s’arrêtent pas à ces fossoyeurs d’hôpital : la ministre de la Santé, le directeur de l’ARS, le directeur de l’hôpital, la députée et ses complices.
Macron peut se féliciter.
D’ailleurs le directeur des hôpitaux de Valence, Crest et Die a été nommé à Edouard Herriot pour ses bons et loyaux services.

Mais la vie continue : Wilhem Lalonde-Geffray, un beau bébé de 3,5 kilos, sera-t-il le 98ème et dernier bébé né à la maternité de Die le 30 décembre ? Rien ne le prouve !
En attendant, rien de sérieux n’est prévu pour les autres, sinon des licenciements pour certains personnels !

Selon le Dauphiné Libéré : « Dix jours avant la date de l’accouchement, Jessy Geffray, céramiste, avait déjà ressenti des contractions ».
La place de cette maman, attendant son second enfant, avait d’ailleurs été réservée à l’hôpital de Gap. Soit à deux heures de route du hameau de Montlahuc où elle habite, à Bellegarde-en-Diois. Jessy a finalement accouché là où elle le voulait, à Die.

Ce lieu agréable et de confiance, où elle connaît les sages-femmes et où est née Leila, son aînée âgée de 2 ans et demi.
Comme quoi notre maternité et son personnel dévoué ont joué leur rôle irremplaçable.

En ce début d’année, nous souhaitons nos merveilleux vœux de bonheur et de santé au petit Wilhem et à ses heureux parents.
Jean-Pierre RAMBAUD