Renouer avec le mouvement ascendant des classes populaires

jeudi 3 mai 2018
par  PCF Drôme

Une amie, plutôt tendance insoumise, venue assister à la réunion publique organisée par le PCF autour de Didier LE RESTE, ancien secrétaire général de la CGT cheminots et Anicet LE PORS, ancien ministre du gouvernement Mauroy, a pu s’entretenir quelques instants avec ce dernier, dont elle avait apprécié un article paru dans Le Monde diplomatique.
Manifestant sa hâte à voir se déclencher une révolution, elle a dialogué avec Anicet Le Pors au sujet de cette perspective.
Revenue vers moi et interrogée sur cet échange, elle me répond : « il dit la même chose que toi, en mieux ».
En gros, qu’il faut combiner l’urgence des luttes pour l’immédiat et la patience pour construire avec le mouvement populaire un avenir émancipateur. C’est bien dans cette démarche (par ailleurs théorisée par Gramsci) que le PCF s’inscrit en soutenant les luttes qui se déroulent dans la période actuelle face au rouleau compresseur macronien, vecteur d’un capitalisme qui a besoin pour maintenir ses taux de profits d’abattre une à une, les protections sociales conquises grâce à la lutte des classes et mises en place par le Conseil National de la Résistance.
Mais comme on le voit cette tentative frontale de démantèlement rencontre une forte résistance à travers des luttes diversifiées regroupant les jeunes étudiants comme les retraités, les cheminots comme les personnels hospitaliers, les salariés d’Air France comme ceux de Carrefour. Quant à l’opinion publique, elle apparaît partagée entre désagréments ou doutes d’une part et compréhension de l’enjeu ou même soutien actif de l’autre. La séquence, quelle qu’en soit l’issue immédiate, sera marquante et nous avons un rôle décisif à y tenir en élaborant des solutions offensives pour les services publics et en les popularisant.
La réunion du 25 avril s’inscrivait complètement dans ce cadre mais elle suppose des suites.
Qui sait ?
Demain peut-être, les livres d’histoire écriront que toutes les luttes menées au printemps 2018 était annonciatrices des bouleversements ultérieurs, progressistes de la société.
En sachant que les lois de l’histoire n’ont pas la régularité des lois physiques ni leur puissance de prédiction.

Robert FARESSE


Brèves

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)

14 novembre 2018 - Le gouvernement cubain a annoncé ...

Le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu’il retirait ses médecins du Brésil, après les menaces (...)

10 octobre 2018 - Le pape FRANCOIS en tonton fligueur du droit des femmes à l’IVG

Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’avoir recours à un tueur (...)

29 août 2018 - Nicolas Hulot ne croit plus à la fable écolo de Macron

Lire ICI