Au nom de la « liberté de choix », Blanquer organise la sélection permanente

mercredi 4 septembre 2019
par  PCF Drôme

Dans les médias, le ministre Blanquer n’a plus que le mot de dialogue à la bouche mais il continue à imposer sa politique brutale et inégalitaire pour les élèves comme pour les personnels.
De plus, en obligeant les communes à financer les écoles maternelles privées, il organise la ségrégation sociale dès le plus jeune âge. 

De la maternelle à l’université, les élèves sont évalués et triés. À chaque étape, certains restent sur le carreau : il n’y a pas assez de place dans l’option qu’ils ont choisie, leur établissement n’offre pas la formation dont ils rêvent, ils n’ont pas fait la « bonne » option pour pouvoir intégrer l’université…
On oublie que ce sont des enfants, qu’ils ont droit à l’erreur et qu’ils sont là pour apprendre.
Tout en prônant le dialogue, Blanquer aggrave le travail des personnels.
En continuant à supprimer des postes, le Ministre impose l’austérité : effectifs surchargés, heures supplémentaires imposées, emplois du temps déséquilibrés en raison de la réforme du lycée.
Quant aux salaires, Blanquer travestit la réalité : il s’attribue le mérite d’une augmentation de 300 euros annuels en moyenne, alors que c’est une mesure mise en place par le gouvernement Hollande applicable à tous les fonctionnaires !
Mais 25 euros par mois, cela ne fera pas taire la revendication salariale !

C’est pourquoi, devant tant de mensonges et d’injustice, la colère couve dans l’Education, attisée par la perspective de la réforme des retraites. Gageons que l’automne sera chaud !

Jean-Louis MOLLARD