Le nouveau paradigme du secteur médico-social, ça fait pas rêver !!

mercredi 4 septembre 2019
par  PCF Drôme

La coupe est pleine. Nous sommes nombreux à exercer des fonctions éducatives depuis plus de 10 ans à l’EPDL (établissement public départemental du domaine de Lorient). Ensemble, nous avons manifesté notre incompréhension.

L’EPDL est un des établissements médico social, parmi de nombreux, à subir les politiques publiques de plein fouet Sinon, comment serait-il possible que tant de professionnels déchantent ?
Dans un contexte économique envisagé uniquement d’un point de vue des restrictions budgétaires par les gouvernements successifs, le financement des actions se fait au compte gouttes.
C’est par là, que le changement de paradigme s’opère. Qui finance quoi ?
La volonté politique est de garantir un accompagnement individualisé, cependant, sans un investissement financier conséquent, le jeu des vases communicants entre ministères (éducation nationale, santé), ne peut suffire.
Cette logique de répartition des finances conduit vers une logique de redéploiement des professionnels.
Les professionnels éducatifs de l’éducation spécialisée sont « invités » à exercer leur métier au sein de l’éducation nationale, ou plutôt à exercer des compétences multiples, qui parfois n’ont plus grand chose à voir avec leur profession initiale.
Ce personnel déployé dans l’éducation nationale, n’est pas remplacé dans les IME, ou alors par des personnels contractualisés, avec à la clé, une disqualification des professionnels.
Toujours dans une logique de restrictions des dépenses, l’évaluation proposée par SERAFIN-PH (Services et Etablissements Réforme pour une Adéquation des FINancements aux parcours des Personnes Handicapées) conduit à une rationalisation (gestion algorithmique des données) des actions comme réponses apportées.
Ces logiques modifient jusqu’aux pratiques des professionnels de terrain.

La fusion des institutions justifiée par la mutualisation impacte les conditions de travail. La gestion des ressources humaines est lourde. Ainsi, pour se protéger et ne pas être confrontés directement aux « violences institutionnelles » les directeurs et les cadres pratiquent un management d’éloignement des équipes.
Des postes de coordinateurs sont nommés, puis des cadres dit de « proximité », des cadres supérieurs, des directeurs (trices), adjoints( es), enfin des directeurs (trices) généraux.
Ce type de management, tend à mettre à distance et déshumaniser les rapports sociaux .
En définitive, quand les professionnels éducatifs, s’indignent, les dirigeants s’étonnent.

Ainsi, d’une logique d’accompagnement, l’éducation spécialisée glisse dans une logique d’intervention liée à des prestations dont les dépenses peuvent être anticipées avec les ARS, dans des contrats négociés sur 5 ans, les CPOM (Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens).
Les IME ne peuvent se transformer en plateformes, fournisseurs de prestations externalisées, par manque de financement car la nécessité de créer des structures et des services pour des publics adaptés reste pertinent, complémentaire au projet d’inclusion de l’éducation nationale.
L’EPDL de Lorient à Montéléger existe depuis 1973. Depuis de nombreuses années, il est considéré comme un établissement phare dans le département. Sa particularité est de proposer des ateliers de préprofessionnalisation dans différents domaines professionnels.
Depuis 4 ans, de nombreux chantiers sont en cours, cela déstabilise les organisations, insécurise les professionnels, l’ensemble des modifications impacte directement la qualité des accompagnements, l’empilement des projets amène de la confusion, des incompréhensions. Chaque année, les organisations se modifient avec du personnel titulaire qui s’adapte et du nouveau personnel en CDD qui ne fait que passer.
Le redéploiement des moyens, dégrade fortement les conditions d’accueil, et diminue les perspectives d’insertion sociale et professionnelle des personnes accueillies. Ainsi, les stages qu’ils soient en milieu protégé (ESAT) ou en milieu dit « ordinaire » de travail (entreprise adaptée, entreprises, formations) pourraient à terme diminuer drastiquement.
Les syndicats CGT et FO ont plusieurs fois alerté sur les difficultés, et informé l’ARS (Agence Régionale de Santé) et le CA (Conseil Administration), sans succès.
Cette année, fin juillet les organisations syndicales CGT et FO, compte tenu des éléments, ont organisé une grève, afin de conserver des postes pour la rentrée de ce mois d’août. Les syndicats ont informé les familles de ce mouvement. Une journée de grève a donc eu lieu, le jeudi 4 juillet 2019.
Le directeur n’a pas souhaité donner de réponses à nos revendications.
Un préavis de grève a donc de nouveau été déposé pour le Mardi 27 août 2019, le jour de la rentrée des enfants.
De nombreuses familles ont soutenu notre démarche, et étaient présentes ce mardi 27 août. Elles ont créé un collectif et ont souhaité rencontrer le Directeur. Cependant, aucune décision suffisante a pu permettre de réaliser une rentrée convenable.
A tel point que le service internat ne peut accueillir les adolescents, par manque d’encadrement professionnel pendant les 2 semaines suivant la rentrée.
Le nouveau service devant accueillir les enfants ne peut également ouvrir car il n’y a pas de mobilier ni de matériel éducatif.
Nous craignons un fonctionnement à flux tendu pour la section ados jeune majeurs, car il nous manque aussi des postes qui n’ont pas été reconduits.
Nous restons mobilisés. Le directeur, à plusieurs reprises, affirme le caractère inéluctable de ces évolutions dans le secteur médico-social, afin de justifier son management.
Est-ce pour autant que nous devrions nous taire ?
- Quand nous considérons comme incompréhensibles les orientations et les choix budgétaires ?
- Lorsqu’un type de management impacte directement les professionnels sur le sens de leur travail, que les familles se sentent exclues.
- Lorsque les professionnels du secteur médico-social ont de plus en plus de difficultés à cautionner des politiques publiques, au vu des perspectives qui se dessinent dans le secteur médico social !
Stéphane MARIE
Educateur Technique Spécialisé et représentant du personnel CGT


Brèves

16 mai - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)

14 novembre 2018 - Le gouvernement cubain a annoncé ...

Le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu’il retirait ses médecins du Brésil, après les menaces (...)