Contre le racisme, pour la République !

mercredi 13 novembre 2019
par  PCF Drôme

Des manifestations contre le racisme se sont déroulées de partout en France ce week-end dernier. Elles ont été l’occasion de nous opposer au racisme antimusulman, à l’antisémitisme, à toutes les formes de discriminations, toutes les incitations à la haine religieuse, réaffirmer les principes de la République qui ne reconnaît que des citoyens égaux en droits, quelles que soient leurs origines et la couleur de leur peau .
On est dans une ambiance délétère où le sentiment antimusulman est entretenu dans une sorte d’hystérie savamment mise en scène par des éditorialistes ou des animateurs de plateaux télés qui invitent de nombreux névrosés à déverser leur haine aveugle et dangereuse, propageant des thèses erronées, sans contradicteurs avertis .

Pour détourner les Français de l’exaspération que suscite la politique d’Emmanuel Macron, celui-ci a ainsi désigné « l’immigration » comme le problème actuel des « classes populaires ». Reprenant les mots de l’extrême droite, il n’a pas hésité à assimiler « fait migratoire » et « fait religieux ». Sous prétexte de lutter contre le terrorisme intégriste, il est allé jusqu’à en appeler à une « société de vigilance » au risque de donner naissance à une société de suspicion généralisée, voire de délation. En amalgamant comme il le fait, l’islam, droit d’asile, intégrisme et terrorisme, Emmanuel Macron contribue à une dérive porteuse d’affrontements communautaristes, de violence.
Il devient urgent de dire stop et d’arrêter les boutefeux !
Le déplacement du racisme sur le champ religieux engendre les pires fantasmes. Le racisme est toujours un appel à supprimer l’autre. C’est incontestablement une trajectoire idéologique qui se traduit notamment par la théorie des chocs de civilisations pour cacher d’autres ressorts que sont les conflits de classe, les conflits géopolitiques, les politiques impérialistes. C’est là où réside le vrai danger pour la République, la volonté de diviser, d’atomiser le peuple. C’est cet objectif que poursuit justement Marine Le Pen, en poussant à la xénophobie et à la haine. Et réduire le sujet à un duel Macron - Le Pen est un funeste piège. Il ne s’agit pas d’un duel, mais d’un duo. Un duo mortifère, bien orchestré, bien huilé.

L’antidote ? Tout d’abord, ne laisser aucune de ces formes de racisme, que ce soit l’antisémitisme ou le racisme antimusulman, sans réagir. Ne rien céder également sur la laïcité, qui est le socle du vivre-ensemble, et donc également la meilleure protection pour chacun de pouvoir exprimer ses opinions, que l’on soit croyant ou pas.

Enfin, si on veut que la République ne soit pas un mot vide de sens, c’est dans la conquête de la justice sociale et d’une citoyenneté profondément renouvelée que notre peuple renouera avec les valeurs fondamentales de la République que sont l’égalité et la fraternité.

Pierre TRAPIER